GLOSSAIRE

A

Agrafe : instrument de petite taille, généralement en fil d'acier inoxydable, reliant le corps de ligne au bas de ligne dans certaines pêches ; l'agrafe permet la pose et la dépose du bas de ligne sans que le pêcheur soit obligé de refaire un nœud.

Agrainage : jets de grains de blé ou de chènevis pour attirer les poissons sur le coup.

Aguichage : manœuvres de la ligne destinées à rendre l'esche attractive dans le but de déclencher la touche.

Aiguille à locher : longue aiguille destinée à glisser le bas de ligne sous la peau d'un vif ou dans certains appâts (fruits, pomme de terre).

Alevin : nom donné au très jeune poisson de l'année.

Alevinage : introduction d'alevins dans un cours d'eau ou un plan d'eau.

Amorçage : action d'amorcer capitale dans la pêche au coup.

Amorce : mélange d'ingrédients que le pêcheur jette à  l'eau pour rassembler les poissons sur un poste choisi.

Amorçoir : petite boîte trouée contenant de l'amorce et des asticots, montée en dérivation sur la ligne et servant à placer l'amorce le plus près possible de l'hameçon dans les pêches à la plombée.

Amortisseur : fil élastique intercalé entre la ligne et de scion de la canne pour limiter la casse lors du ferrage de gros poissons. Il existe en différents diamètres. Sa longueur peut varier de 10 à 40 cm.

Anglaise (pêche à) : pêche au coup au moulinet à distance. Elle permet la capture de beaux poissons à des distances comprises entre 15 et 40 m, sans nuire à la finesse et à la sensibilité de la ligne.

Anneaux : important sur les cannes à lancer et les canes à mouche, les anneaux doivent être inattaquables par le fil, comme par la corrosion, être suffisamment nombreux et bien répartis sur la canne.

Anse de panier (ou pick-up) : sur les moulinets à tambour fixe, ce dispositif articulé en forme d'arceau permet de récupérer le fil sur la bobine lorsqu'on actionne la manivelle. Il se relève avant le lancer

Antenne : partie supérieure d'un flotteur.

Anti-retour : dispositif existant sur les moulinets à tambour fixe, permettant d'éviter par blocage le retour en arrière de la manivelle.

Anti-vrilleur : dispositif empêchant le vrillage provoqué par le leurre de se communiquer au corps de ligne. Il est généralement constitué d'un plomb décentré et d'un ou deux émerillons.

Appât : denrée comestible utilisée pour capturer le poisson.

Ardillon : petit barbe métallique située entre la pointe de l' hameçon et la courbure, destiné à éviter que le poisson ne se décroche pendant la lutte.

Asticot : larve de la mouche, c'est l'esche la plus utilisée en pêche au coup. On peut l'utiliser seule, en bouquet, ou panaché avec une autre esche.

Avançon : bas de ligne généralement en fil métallique (voir crinelle), permettant d'éviter la coupure par les dents de brochets.

Avertisseurs de touche : procédés employés pour avertir le pêcheur d'une attaque : grelot fixé au bout du scion, swing-tip, quivertip, ou détecteur électronique, dans toutes les techniques où le pêcheur est amené à poser sa canne.

 

B

Baillon : grosse pince faisant ressort et permettant de maintenir écartées les mâchoires des carnassiers pendant les opérations de décrochage de l'hameçon.

Bague porte-pâte : bague comportant un petit godet dans lequel le pêcheur met de la pâte afin de l'avoir constamment à sa portée, sur le canne ou sur le doigt.

Balsa : bois léger et tendre utilisé dans la confection des flotteurs.

Bannière : partie non immergée de  la ligne comprise entre la pointe du scion et son entrée dans l'eau. A la pêche au coup, elle doit être réduite le plus possible pour permettre une conduite et un contrôle aisé de la ligne, et assurer un ferrage précis.

Bas de ligne : partie terminale de la ligne sur laquelle est monté l'hameçon. Un diamètre légèrement inférieur à celui du corps de ligne, limite la perte de matériel lors d'une casse accidentelle.

Bécard : nom donné aux saumons mâles à l'époque de la fraie. Leur mandibule inférieure est déformée et se recourbe en crochet.

Blanc : par poissons blancs, on entend l'ensemble des cyprinidés, dont les plus connus sont le gardon, le rotengle, le chevesne, la brème, l'ablette...

Bobine : partie du moulinet sur laquelle vient s' enrouler le fil. Dans le commerce, le fil de pêche est présenté enroulé sur des bobines plastiques.

Bouchon :  nom donné à certains flotteurs de forme trapue, en liège. Voir "flotteur".

Bouillettes : boulettes d'appât confectionnées avec divers ingrédients et utilisées par les carpistes.

Bourriche :  filet en métal ou en nylon qui, immergé, permet de conserver le poisson vivant. Les bourriches anglaises en filet textile sont préférables aux bourriches métalliques.

Buldo : petite sphère de matière plastique qui, plus ou moins remplie d'eau, sert de flotteur et de lest dans certaines pêches au lancer.

Butée : obstacle sur la ligne (émerillon, cendrée),interrompant le déplacement de la plombée dans les pêches de fond, ou nœud arrêtant les flotteurs coulissants.

C

Calée : synonyme de la pêche à la plombée.

Canne au coup : elle son désormais fabriquées en fibres synthétiques (fibre de ver, bore, carbone, kevlar, etc..). On distingue trois types de cannes : les cannes au coup simples, les cannes à anneaux extérieurs t les cannes à fil intérieur.

Carnassier : plus précis que terme de carnivore, celui de carnassier s'applique aux espèces de poissons se nourrissant d'autres poissons.

Catégorie : les rivières sont classées en deux catégories. La partie amont, zone à salmonidés est appelée 1ère catégorie et la partie aval, zone à cyprinidés dominants est appelée 2ème catégorie.

Cendrée : plomb sphérique fendu de petite taille, utilisé dans l'équilibrage des lignes.

Chasse : attaque d'un carnassier et fuite des poissonnets qui en résulte.

Chènevis : graine de chanvre, le chènevis est cuit après trempage. La graine de chènevis est une excellente esche pour le gardon.

Chevrotine : gros plomb sphérique et fendu.

Clipot : tige métallique destinée à écarter une empile du corps de la ligne pour éviter tout embrouillage. Il est utile pour pêcher le brochet au Pater-noster.

Corps de ligne : partie principale de la ligne.

Coulée : trajet parcouru par une ligne flottante en rivière.

Coup : emplacement fixe pour la pêche des poissons blancs.

Crosse : parti terminale des cannes roubaisiennes sur laquelle est attaché l'élastique amortisseur. Certaines sont à élastique intérieure.

Crinelle : acier câblé ou fil synthétique traité (kevlar) résistant aux dents des brochets et servant à confectionner des bas de lignes.

Cuiller : leurre métallique, tournant ou ondulant, destiné à la pêche des carnassiers.

Cyprinidés : famille de poissons comprenant de nombreuses espèces (carpe, goujon, tanche, gardon, chevesne, vairon, etc...).

D

Dandine : pêche consistant à animer verticalement un leurre ou un appât pour attirer les carnassiers.

Dégorgeoir : petit instrument permettant de décrocher aisément un hameçon piqué profondément dans la gueule d'un poisson.

Départ : mise en mouvement de la ligne produite par un poisson qui s'éloigne avec l'appât.

Détecteur de touche : petit appareil manuel ou électrique destiné à signaler les touches.

Devon : leurre rotatif au corps plus ou moins cylindrique et comportant deux petites ailettes à sa partie supérieure.

E

Écureuil : système permettant, en pêchant à la plombée, de tendre la ligne et de signaler les touches.

Élastique : voir"amortisseur".

Émerillon : petite pièce métallique évitant le vrillage de la ligne dû au leurre.

Emmanchement : partie des cannes s'emboîtant les unes dans les autres.

Empile : voir "bas de ligne".

Engamer : action pour un poisson de prendre l'esche et de l'avaler.

Épuisette : poche en filet située à l'extrémité d'un manche, permettant de sortir de l'eau un poisson pris à la ligne.

Esche : denrée comestible piquée sur un hameçon.

F

Farines : produits moulus destinés à la confection de l'amorce.

Ferrer : relever rapidement la pointe de sa canne afin d'assurer la pénétration de l'hameçon dans la gueule du poisson.

Flotteur : petit instrument en matériau léger permettant de soutenir la ligne à un niveau donné et de signaler les touches (syn. bouchon, plume).

Fouillis : petits vers de vase récoltés dans les mares et les ruisseaux que l'on utilise pour l'amorçage.

Frayère : lieu de reproduction des poissons.

Frein : sur un moulinet, système destiné à rendre du fil à partir d'une certaine force de traction choisie à l'avance.

G

Gaffe : crochet métallique acéré, monté sur un manche utilisé pour de hisser des poissons trop grands pour rentrer dans une épuisette.

Gambe : ligne équipée de petits leurres montés en potence et destinée à la pêche de la perche.

Gobage : manifestation d'un poisson happant un insecte en surface.

Graine : nom usuel désignant la graine de chènevis.

Grappin : synonyme d'hameçon triple.

H

Hackle : plume de cou de coq utilisée pour le montage des mouches artificielles.

Hameçon : petit crochet d'acier placé au bout d'une ligne sur lequel est accroché l'appât. Il peut être simple, double, triple, forgé ou rond, droit ou renversé, à palettes, à crans, à oeillets, à anneaux, etc...

Hampe : partie droite de l'hameçon comprise entre la palette ou l'œillet et la courbure.

Herbier : zones constituées d'une végétation aquatique plus ou moins dense et variée, elles sont d'une importance considérable pour la ponte des poissons.

I

Imago : se dit de la forme adulte de l'insecte, seul capable de se reproduire.

Incubation : temps écoulé entre la ponte des oeufs et leur éclosion.

J

Jupe : synonyme de bobine enveloppante.

K

Kaolin : utilisée dans l'amorce, la farine de kaolin lie et alourdit les appâts.

L

Leurres souples : leurres en matière plastique très souple, ondulant à la moindre sollicitation sous l'eau.

Liège : bois très utilisé dans la confection des flotteurs et des talons de canne.

Locher : glisser à l'aide d'une aiguille à locher un bas de ligne en acier entre la chair et la peau d'un vif pour la pêche des carnassiers.

Lombric : ce n'est autre que le très connu vers de terre. Il en existe plusieurs espèces de tailles et de couleurs différentes.

M

Mitraillette : ligne flottante spéciale comportant plusieurs hameçons montés en potence.

Monture : dispositif équipé d'hameçons, permettant d'installer un poisson mort pour la pêche des carnassiers.

Mouche artificielle : imitation en matériaux naturels ou synthétiques d'insectes susceptibles de constituer une nourriture pour le poisson.

Mouiller : action d'ajouter de l'eau à une amorce sèche de façon à la rendre manœuvrable et pêchante.

N

Nymphe : état intermédiaire de la métamorphose des insectes aquatiques entre la larve et l'imago.

O

Oeillet : petite boucle au bout de la hampe de certains hameçons permettant la fixation du fil.

Olivette : petit plomb de forme oblongue utilisé principalement dans la pêche au coup.

P

Palette : extrémité aplatie terminant la tige d'un hameçon et empêchant la ligature d'attache de glisser.

Panaché : eschage des deux esches différentes sur le même hameçon (asticot + vers de vase ; pâte synthétique + asticot).

Panier : récipient en osier ou en plastique utilisé par le pêcheur pour transporter ses prises.

Panier siège : caisse à tiroirs utilisée par les pêcheur au coup, leur servant à la fois de siège et de boîte de rangement pour les accessoires.

Pâte : esche de consistance molle, préparée à l'aide de farines et d'ingrédients divers.

Pater-noster : montage avec plombée en bout de ligne et potence en dérivation sur émerillon triple. Ce montage est utilisé pour la pêche du brochet au vif.

Pelote : boulette de terre glaise truffée d'asticot, dans laquelle se trouve l'empile et l'hameçon esché.

Perruque : gros emmêlement du fil sur un moulinet.

Petite bête : larve du grand éphémère, elle se récolte en tamisant les fonds mêlés de vase et de sable.

Pick-up : voir "anse de panier".

Plioir : planchette de bois ou de plastique comportant des gorges destinée à enrouler les lignes montées et à protéger les flotteurs..

Plombée : ensemble des plombs utilisés pour lester une ligne et assurer la descente de l'esche, ou ligne équipée d'un gros plomb fixe ou coulissant reposant sur le fond.

Plume : voir "flotteur".

Poignée : la poignée en liège est un élément très important de la canne à pêche. Elle doit assurer une bonne prise en main et être confortable pour ne pas fatiguer le pêcheur.

Poisson d'étain : petit poisson artificiel en métal brillant et comportant un triple soudé en tête. Il est principalement utilisé pour la pêche de la perche.

Poisson nageur : leurre artificiel en bois ou en plastique, représentant un poisson et frétillant dans l'eau à la récupération.

Pool : portion de rivière où le fond augmente et le courant s'assagit entre deux radiers.

Porte-bois : larve de phrygane vivant dans un étui de gravier et de brindilles.

Poste : endroit de prédilection des poissons..

Potence : bas de ligne monté en dérivation sur la ligne.

Q

Queue de rat : ligne ou bas de ligne dont le diamètre diminue progressivement en descendant vers la pointe.

Quiver-tip : scion additionnel très fin fixé au moyen d'un filetage à l'anneau de tête de la canne et servant d'indicateur de touche pour les pêches fines à la plombée.

R

Radier : secteur peu profond d'un cours d'eau où le courant est vif.

Relâché : action d'aguichage consistant à laisser repartir la ligne dans le courant après l'avoir retenue.

Rendre la main : relâcher la traction sur la ligne pour éviter la casse lors de la fuite d'un poisson.

Retenue : court arrêt d'une ligne dans le courant afin de faire légèrement remonter l'esche.

Rôder (pêche à) : contrairement à la pêche à poste fixe, la pêche à rôder implique que le pêcheur se déplace sas cesse en recherchant les coups favorables le long des berges.

Roubaisienne : méthode de pêche au coup utilisant  une canne très raide, une crosse et un élastique amortisseur afin de réaliser des ferrages très rapides.

Rouler (pêche à) : dans cette pêche, le pêcheur n'utilise pas de flotteur et conduit son esche tout au long de la coulée, au ras du fond et au rythme du courant.

S

Salmonidés : famille de poissons comprenant des espèces comme la truite, le saumon, l'omble mais également l'éperlan et le huchon.

Scion : brin le plus fin et le plus souple d'une canne à pêche.

Sleeve : petit manchon de métal permettant, par écrasement avec une pince spéciale, de réaliser des boucles sur un bas de ligne d'acier tressé.

Sonde : petit accessoire de plomb que l'on fixe en bout de ligne pour une reconnaissance préalable des fonds dans la pêche à la ligne flottante.

Sondée : technique de pêche des carnassier consistant à dandiner un vif ou un poison mort à proximité du fond.

T

Talon : partie inférieure de la canne.

Téléréglable : se dit d'une canne dont le coulissement dur des éléments permet de varier la longueur.

Télescopique : se dit d'une canne dont les éléments rentrent les uns dans les autres pour le rangement et s'allongent pour la mise en action de la canne.

Tirette : pêche consistant à ramener un appât par de petites tirées successives.

Toc (pêche au) : technique de pêche aux appâts naturels dans laquelle le pêcheur perçoit directement la touche par l'intermédiaire de la canne ou du fil tendu.

Touche : manifestation sur la ligne ou le flotteur de la prise de l'esche ou du leurre par le poisson.

Turc : larve de tipule.

U

Ultra-léger : technique de pêche au lancer utilisant des leurres de faibles poids (0,5 à 3 g) et des lignes de faibles diamètres (10 à 14/100ème).

V

Vaseux : vers de vase dans le jargon du pêcheur.

Vif : poisson vivant utilisé comme appât dans la pêche des carnassiers.

W

Waders : pantalon étanche permettant de rentrer dans l'eau jusqu'à la poitrine.

Wading : pêche en marchant dans l'eau. Le wading est interdit sur certaines rivières.

Waggler : flotteur spécial pour la pêche à l'anglaise.

X
Y
Z


Dernière mise à jour le : vendredi 23 août 2002