Le gardon

 

Nom scientifique : Rutilus rutilus ; famille des cyprinidés

Noms communs ou régionaux : blanchet, échaton, échatout, roche, rousse, vengeron...

Le gardon est le poisson d’eau douce le plus péché en Europe. Il est le plus connu, le plus commun et le plus abondant de nos poissons blancs, il fait la joie des pêcheurs débutants, il est facile à rassembler sur un coup amorcé. Il est très recherché par les pêcheurs de carnassiers car il constitue un excellent vif.

Le corps est fusiforme et légèrement aplati latéralement, le profil varie d’un endroit à un autre. Les gardons de rivière sont plus minces que ceux vivant dans des eaux plus riches.

La tête, petite, se termine par une bouche horizontale avec une lèvre supérieure légèrement protractile.

Le dos de couleur sombre avec des reflets gris, bleu ou vert ; les flancs, argentés et brillants, ont une ligne latérale clairement lisible. Les gardons tirent davantage sur le bleu en hiver et sur le vert en été. Leur ventre est toujours blanc. Les nageoires inférieures et la caudale (nettement échancrée) sont teintées d’orangé, l’iris est cerclé d’or ou d’orange.

La taille moyenne est de 20 à 25 cm pour un poids de 80 à 300 g, mais elle peut atteindre 40 cm pour un poids de 2,5 kg.

Omnivore, il se nourrit de vers, larves, insectes, mollusques, crustacés, débris végétaux, mousses, chènevis, blé, etc., qu’il grappille sur le fond, entre deux eaux, et même à proximité de la surface lors de certaines éclosions.

Le gardon colonise pratiquement toutes les eaux douces de notre pays. On le rencontre donc aussi bien dans les eaux dormantes des lacs, étangs ou canaux, que dans les eaux courantes des rivières de plaine, y compris dans certaines rivières à truites. Il occupe de préférence les couches profondes ou l’entre deux eaux des secteurs riches en végétation aquatique.

De mœurs grégaires, les gardons vivent en bancs de plusieurs centaines d'individus.Tolérants, ils admettent dans leurs rangs d’autres espèces comme les brèmes ou des rotengles, mêmes au moment du frai qui à lieu à la fin du printemps ou au début de l’été. Ceci provoque de fréquentes hybridations.

 

Dernière mise à jour le : vendredi 23 août 2002